F.M.N.S
Tél. 05.57.19.18.60 - Fax 05.57.19.18.62

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

LA F.M.N.S propose une assurance spéciale pour les BEESAN, MNS, BPJEPS-AAN, les BNSSA.
Elle publie tous les mois une revue professionnelle "Enseigner et Sauver".
Elle anime en métropole DOM et TOM le principal bureau de diffusion des offres d'emplois (carrière et saison).
Ses membres bénéficient toute l'année d'une assistance par des professionnels - juristes

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

 

Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs

 
Ce que notre FMNS réclame
1° - le maintien du pouvoir d’achat du point en 2006,
- le rattrapage sur les pertes intervenues depuis 2000,
- l’augmentation des salaires pour 2007
sur la base minimum de l’inflation prévue, soit 1,8 %.
- une refonte globale et sérieuse de la grille indiciaire qui nous permettrait de vivre dignement de notre travail y compris en saison.

2° - Un reclassement des surveillants-sauveteurs-enseignants de la natation dans un autre service après 50 ans


3° - Augmentation de la durée des congés maternité (risque d’avortement au premier sauvetage).


4° - Un dossier médical communiqué obligatoirement à tous les agents avec suivi spécifique de l’état de leurs bronches.


5° - Interdire toutes les chutes d’eau avec dégagement de gaz chlorés en piscines couvertes, imposer et contrôler une ventilation minimum.

 6° - Une refonte du BEESAN
- un surveillant - enseignant - sauveteur de carrière formation moins chère
- un surveillant - enseignant- sauveteur saisonnier formation  plus courte
- Ne pas scinder l’ENSEIGNANT - SURVEILLANT - SAUVETEUR. Conserver la loi du 24 mai 1951 qui a créé le MNS.

7° - La suppression de tous les BEESAN
- opérateurs des APS et leur reclassement automatique dans le cadre d’emploi des éducateurs sportifs.


Notre métier ou notre activité saisonnière ne fait qu’un, si nous ne voulons pas continuer à ouvrir des piscines où personne ne peut plus apprendre à nager faute d’enseignants et augmenter ainsi chaque année le nombre d’enfants noyés.

 
 
Qui est en ligne